Décembre 2015


Depuis hier matin,
j'ai une   araignée dans le coeur.
Trop de douleur, je pleure.

Phrases assassines,
Regards qui tuent.
Viols, attentats, 
guerres et génocides.
Depuis hier matin, 
j'ai une araignée dans le coeur
et je pleure.

Pourtant, je continue à vivre, à parler, à sourire.
Mais tout à l'intérieur de moi,
je ne suis plus vraiment là.
Oui, depuis hier matin,
J'ai une araignée dans le coeur,
Qui maintenant pleure 
Avec moi.

Sombre est la nuit.
Que reste-t-il de la vie 
lorsque la haine vient prendre la place
de la chaleur humaine ?
Désespoir et dévastation 
occupent le terrain,
morne et nu.
Tout semble perdu et sans issue.
Et puis, 
Contre toute attente,
les oiseaux chantent ce matin,
et le jour se lève.
Le soleil apparaît,
dissipant les brumes et les ombres de la nuit.
Les forces de Vie renaissent,
et avec elles l'Amitié, l'Amour
la tendresse et la poésie
Depuis ce matin,
un oiseau chante dans mon coeur,
Quelques notes fragiles 
teintées d'Espérance, 
pour un monde nouveau.




Cerf volants que nous sommes

 

 

Oui le monde est parfois  moche, violent, injuste et sans pitié

Oui l’incarnation est lourde, trop lourde parfois,

Et dans ces moments-là qu’il serait facile de tout laisser, pour enfin vers la liberté s’envoler

Oui mais le monde est aussi magnifique et merveilleux, solidaire et en chemin

En changement constant, en évolution, avec une place pour chacun

 Et dans ce cas, utilisons les outils que les générations, les cultures  précédentes et actuelles  ont mis à notre disposition : Oh oponono – la parole en commun – la poésie et l’écriture –  les sigles magiques : eft – emdr - pnl - ; les belles valeurs des peuples primitifs : le partage – la solidarité vraie - le chant  et  le toucher

Revenons aux simples et authentiques fleurs de Bach, et aux remèdes de nos grands-mères

Trempons nos pinceaux dans les couleurs lumière d’Ecoloris pour redessiner ce monde originel et merveilleux,

Soyons ensemble et les uns pour les autres le changement que nous voulons voir apparaître

Osons dire le dicible et l’indicible

Sachons-nous taire aussi pour mieux entendre nos voix intérieures.

Enfants-cerf volants  en partance que nous sommes,

Relions nous à la terre,   qui nous porte et nous supporte,

Accomplissons d’abord notre tâche au quotidien et réalisons notre part de destin

Pour faire  émerger  ce  monde meilleur, pour demain.

 

                                                                                                                                             Marie Paulle

                                                                                                                                             27 janvier 2013

 

 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

J’ai dû me tromper de planète,

Lorsque  j’ai préparé mon voyage,

J’avais mis dans ma valise,

L’honnêteté, le courage, la générosité, et le rire,

Je suis arrivée sur cette boule  grise,

Dont certains  habitants sans relâche,  se livrent bataille,

Massacrent, polluent, abusent et pillent.

Pauvre terre, qu’ils  osent   appeler  la planète bleue,

Qui les porte et les supporte.

Pendant  longtemps j’ai  cherché,

D’autres êtres comme moi

Qui chaque jour feraient de leur mieux.

Partage, bonté gratuite, allégresse,

Que nenni,

Violence, égoïsme, manque de respect,

Abus en tout genre,

Voilà ce que j’observe.

Ce qui me désespère.

Un jour, peut-être,

Dans pas trop longtemps, j’espère,

Rencontrer enfin, ce monde que j’attends,

Cette planète à inventer, couleur soleil,

Y a-t-il des volontaires, pour qu’enfin

Nous puissions vivre autrement.

Terre de Sillon à Arjuzanx –

Ecoloris !

Amanins et Colibris

Notre  planète pour demain.

 

Marie Paulle – 2 février 2013

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


 

 

 

Ben moi depuis bien trop d’années,

Quand j’ferme les yeux, c’est tout noir !

 

J’ai fini par m’habituer,

Tout en continuant d’ espérer,

En me disant, un jour c’est sûr,  

Ca va  changer !

 

Un jour, j’ai osé m’ positionner,

Et c’est alors qu’ le rose est arrivé.

 

Et puis, ya eu Ecoloris,

Et depuis peu, c’est merveilleux,

Quand je ferme les yeux

En haut à gauche, merci Emma,

C’est le blanc qui se  met à scintiller.

 

 

Oui, avant quand  j’fermais les yeux,

C’était tout noir,

Mais j’ai continué à espérer,

Maintenant je sais qu’un  jour,  tout peut changer

 

Toujours plus haut, toujours plus fort,

Avant d’monter  un jour, au ciel

J’espère  pouvoir collectionner

Toutes les couleurs de l’arc en ciel.

 

MP

 

  --------------------------------------------------------------------------------

POUR CULTIVER ET ENTRETENIR  LE JARDIN DE L’AMOUR

 

Choisir d’un commun accord un espace assez grand pour deux

Le délimiter soigneusement et le garder à l’abri des regards indiscrets

Repérer les racines des plantations antérieures – les respecter   et les accepter comme étant les marques de nos passés respectifs.

Accueillir les vieux arbres et si possible les maintenir à leur place

Echanger  longuement sur la vocation et l’avenir de ce jardin : potager ? tout en fleurs ? herbes médicinales ou espace de repos et de ressourcement ou autre encore

Préparer soigneusement la terre – repérer les mauvaises herbes et les ronces – accepter les espèces spontanées ou sauvages qui s’y trouvaient déjà

Ac heter ensemble et séparément graines et pousses.

S’interroger sur les périodes bénéfiques de la lune  et des astres pour le meilleur résultat

Prévoir un plan d’eau à moins d’y retrouver les clés d’un vieux puits que l’on croyait comblé à jamais ou remettre à jour une source tarie

Et puis sans hâte, mais avec patience et tendresse se mettre au travail – redécouvrir les gestes accordés – les souffles qui s’épousent – les rythmes en harmonie

Attendre sereinement et pleins d’espoir l’œuvre souterraine, une fois le travail humain accompli

Apporter l’eau vivante, suffisamment et régulièrement mais pas trop.

Veiller sans excès, à la grêle, aux orages possibles,  dans la confiance en la nature

Puis guetter le cœur battant les premières pousses, lorsque le temps sera venu.

Célébrer l’apparition de la vie et sa manifestation sous les formes diverses et variées

Accepter avec joie les surprises et les erreurs avec humilité

Savourer les récoltes et se féliciter pour le travail accompli

Préparer les provisions pour un hiver possible

Y penser un peu et préparer déjà la saison prochaine en sachant qu’un sage prétend qu’un Amour entretenu ne s’use jamais.

 

Ecrit pour Pierre Jean Yves - il y a quelques années.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 


Rire chaque jour un peu ou davantage – apprécier la beauté sous toutes ses formes – vivre une belle amitié – trouver ce qu’il y a de mieux dans les autres – aider une personne désespérée à poursuivre son chemin et à croire dans le meilleur de la vie – œuvrer ensemble pour une noble cause – jouir d’une bonne santé pour mener à bien nos projets – planter un arbre et pourquoi pas plusieurs – apprécier et savourer les vacances ensoleillées et les temps de repos qui nous sont offerts  - confronter nos idées et partager nos différences dans une ambiance tolérante – cultiver le bonheur en famille – consacrer du temps à un enfant – donner ou recevoir de la tendresse – nous épanouir dans notre activité professionnelle – faire ce que nous aimons ou apprendre à aimer ce que nous faisons – trouver écoute et réconfort si nous en avons besoin – continuer à progresser et à apprendre – vivre chaque jour avec enthousiasme et intensité – si l’heure de la retraite a sonné, la vivre en toute sérénité avec un cœur jeune – s’aimer et s’accepter dans l’instant présent tout en continuant à cheminer vers la perfection -  laisser derrière nous un monde un peu  meilleur  ou     une  condition  sociale  moins   dure – ( poursuivez donc la liste avant de transmettre à ceux que vous aimez )

 

A I M E R   L A   V I E   E T   L U I  

S O U R I R E.

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

J’ai pas eu l’temps

 

J’ai pas eu l’temps d’être petite,

J’ai pas eu l’temps d’être une enfant

Trop de p’tits frères, trop de p’tites sœurs,

Qui avaient besoin de moi :

J’m’en occupais.

Maman aussi,  aurait voulu je pense,

S’ poser un peu, et s’arrêter.

Quelle  course infernale,

Travailler, tout le temps travailler.

Pas le temps pour les bisous, pour  les  câlins,

Pas le temps pour les grasses mat’

Y avait l’école, et le jardin 

Pas pour flâner, pour travailler !

J’ai pas eu l’temps d’être petite,

J’ai pas eu l’temps d’être une enfant.

Enfance perdue ? Un jour j’espère,

Peut-être ailleurs, peut-être ici

Un jour, peut-être  à  Ecoloris,

M’arrêter, ne rien faire,

D’autre,  que  m’écouter.

Viendra-il ce jour-là ?

Oui,  je l’espère,

J’aurais le temps d’être petite,

J’aurais le temps d’être une enfant.

 

Marie Paulle - 02 mai 2013

 

 

 

 

Si vous voulez être

Heureux, Soyez le.


Osez être qui vous êtes


Osez la Liberté